• Accueil
  • La prise en compte des changements climatiques dans le développement local : les élus locaux à l’école des CDN

La prise en compte des changements climatiques dans le développement local : les élus locaux à l’école des CDN

La prise en compte des changements climatiques dans le développement local : les élus locaux à l’école des CDN

La formation des maires sur les CDN

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Le ministère de l’environnement et des ressources forestières a organisé un atelier de formation à l’intention des maires des régions Sud sur les contributions déterminées au niveau national (CDN). Le but est d’amener les maires à s’approprier le contenu des CDN et de leur montrer l’importance de la prise en compte des changements climatiques dans le développement local. Prennent part à cette rencontre les maires du grand Lomé, des régions des Plateaux et ceux de la Maritime. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le ministre FOLI-BAZI Katari de l’environnement et des ressources forestières.

Les contributions déterminées au niveau national (CDN) constituent le principal instrument de déclinaison des engagements pris pour la mise en œuvre effective de l’Accord de Paris sur les changements climatiques. Un Accord contraignant qui demande à tous les pays de soumettre pour une période quinquennale leurs CDN révisées.
Le Togo soucieux de la lutte contre les changements climatiques a soumis ce document en octobre 2021. Vu son importance, le ministère a décidé de le vulgariser en commençant par les maires.  Une occasion pour ces derniers de s’approprier le concept des CDN pour une compréhension commune des liens entre Objectifs du Développement Durable (ODD), CDN et développement des communes.
Lors de la COP 21 a souligné le ministre, c’est le chef de l’État, lui-même qui a présenté les CDN révisées de son pays à la conférence des parties sur les changements climatiques. Ceci pour montrer l’engagement au plus haut niveau des autorités togolaises sur les préoccupations climatiques.
Dans ce document, le Togo a rehaussé son niveau d’ambition avec une cible volontaire de 21,51 % et une cible conditionnelle de 30.06, soit une ambition globale de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 50,57%. Ainsi pour atteindre et voire dépasser ce chiffre, beaucoup d’actions sont faites et d’autres en cours, notamment dans les énergies renouvelables, l’amélioration des infrastructures routières et l’augmentation de la couverture forestière avec l’ambition décennale du milliard de plants à l’horizon 2030.

Après la rencontre de Lomé, les autres élus des régions Kara, Centrale et Savanes se retrouveront le 5 mai 2022 à Kara pour la même formation.