• Accueil
  • Pour un Togo vert, les élus locaux et préfets doivent se mobiliser

Pour un Togo vert, les élus locaux et préfets doivent se mobiliser

Pour un Togo vert, les élus locaux et préfets doivent se mobiliser

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Le ministre de l’environnement et des ressources forestières, FOLI-BAZI Katari a poursuivi les ateliers de sensibilisation des maires et préfets sur leur implication dans la gestion durable des écosystèmes forestiers. Cette rencontre tenue le 6 mai 2021 à Roc hôtel à Atakpamé a réuni  les acteurs à la base de la région des plateaux, zone Est.  Pour les organisateurs, il s’agit de définir une base de collaboration entre l’administration forestière et les élus locaux pour une gestion durable des paysages forestiers au profit des communautés.
Spécifiquement, il est question de partager avec les élus locaux de plateaux-Est, les enjeux et défis en matière de gestion durable des forêts, de leur rappeler leurs rôles et responsabilités dans la gestion durable des ressources forestières,  afin de réfléchir sur la forme de collaboration appropriée qui doit exister entre l’administration forestière et les maires. Les participants étaient au nombre de 32 dont 8 préfets, 23 maires, y compris le président des chefs traditionnels.  
La vision du gouvernement, c’est de promouvoir les industries de bois. Or celles-ci ne pourront fonctionner sans la matière première qui est le bois, d’où la nécessité de sensibiliser les élus locaux pour qu’ils s’engagent à accompagner le gouvernement dans cette dynamique.

Sensibilisation des maires à  Atakpamé

Après les présentations sur » la situation forestière : enjeux et défis » puis « les élus locaux : la problématique de la gestion durable des ressources forestières » les échanges qui ont suivi ont été fructueux. Les points saillants ont tourné autour de la recherche des parcelles à reboiser, de la réticence des carbonisateurs à changer d’activités, du  non suivi des activités de 1er  juin et du  laxisme de certains forestiers. D’autres points tels que la recherche de plants à reboiser, l’inconscience des populations riveraines des aires protégées et les problèmes fonciers ont été aussi soulevés par les intervenants qui se sont tout de même engagés à travers la voix de Mme Yawa Kouegan, maire de Ogou1et présidente de la faitière des communes du Togo.
Prenant la parole, le ministre FOLI- BAZI a remercié les intervenants et leur a demandé de ne plus s’inquiéter quant au suivi des actions du 1er  juin, il sera automatique  puisque ce suivi fait partie des emplois verts que le gouvernement veut créer avec le concours des maires, a expliqué le ministre.
Selon lui, les industries de transformation du bois seront bientôt installées avec tout le soutien du Chef de l ‘État et des partenaires. Pour les faire fonctionner, il faut de la matière première, d’où le sens du reboisement intensif et systématique, source de richesse et d’emploi pour la jeunesse.
L’autre bonne nouvelle, c’est le don gratuit de plants aux députés, maires et aux groupes organisés pour cette année où le Togo lance son vaste projet de reboisement qui va l’amener à reboiser d’ici 2030, 1 milliard de plants évidemment avec l’implication et la mobilisation des maires.
La recommandation forte de cette rencontre qui a réjoui plus d’un, c’est que dans les prochains jours les maires prendront des engagements écrits sur le nombre d’hectares qu’ils comptent reboiser chaque année.
Les deux étapes de la région des plateaux se sont bien déroulées avec un espoir dans la gestion durable des ressources forestières et l’augmentation du couvert végétal via le reboisement.
L’autre temps fort de la sortie du ministre, c’est la rencontre de concertation avec les parties prenantes de la filière bois.
A la mairie de Badou dans la préfecture de Wawa, les premiers mots du ministre, FOLI-BAZI Katari se résument à ceci : « vivre du bois, sans le faire disparaître, est possible » « exploiter 100 arbres mais reboiser le triple, voire plus est aussi possible ». Il a en outre  insisté  sur la conservation du patrimoine forestier, dont Wawa occupe la première place.
« Il n’est pas interdit d’exploiter les forêts, mais il faudrait le faire de façon rationnelle a ajouté le ministre FOLI-BAZI. Il a conclu en disant que la préfecture de Wawa, grenier forestier de tout le Togo, ne doit pas changer de rang en termes de classement.
Le représentant du syndicat des exploitants du bois, M. DANSROU conscient de l’épée de Damoclès qui pèse sur cette activité qui peut disparaitre du jour au lendemain a rassuré le gouvernement de l’accompagnement des opérateurs économiques de la filière bois et a promis d’intensifier la sensibilisation auprès de leurs camarades.