Aller au contenu principal

A la découverte de la forêt sacrée de Tchavadè

Publié le : 25 avr 2019
A la découverte de la forêt sacrée de Tchavadè

un modèle de conservation à porter à échelle

 

Situé à 8 km au Nord-Est de la ville de Sokodé, Tchavadè est un petit village qui a une grande histoire. C’est là que repose la culture du clan « Molan ». Un clan guerrier, qui a su s’organiser pour vaincre les tribus environnants et certains colonisateurs dont les caveaux sont au jour d’aujourd’hui les témoins vivants.
Outre cette bravoure, ce peuple est amoureux de la nature. La preuve, c’est qu’il a su conserver la forêt des manguiers qui existait depuis le temps colonial. A quelques mètres de celle-ci, c’est une autre forêt mais cette fois-ci sacrée aux essences naturelles sur 2, 4 ha, que vous apercevez. La taille des arbres et la grosseur des lianes prouvent à tout visiteur sa durée de vie.
 Pour éviter les feux de végétation, la population s’organise pour faire du  pare-feu tout autour de la forêt. Toujours dans le souci d’une conservation intégrale, une zone tampon de 10 ha est créée.
L’aire centrale est interdite  d’accès à tout visiteur, seuls les initiés rentrent pour faire soit des sacrifices, soit des enterrements des chefs supérieurs des Tem.
Le degré de conservation est plus élevé que même des femmes dont l’une des corvées est la recherche du bois n’osent pas entrer.
« Depuis que je suis dans ce village, je n’ai vu personne rentrer dans cette forêt pour chercher du bois, même  sec. Je veux du bois bien sûr, mais pas celui de la forêt sacrée. C’est là que reposent nos chefs» nous a confié, Mme Tafa Afissétou, ménagère à Tchavadè.
Présent dans la région centrale pour une tournée de prise de contact avec ses collaborateurs de l’intérieur, le Prof. David Oladokoun, ministre de l’Environnement, du Développement Durable et de la Protection de la Nature a fait d’une pierre deux coups. Il s’est rendu, le 8 avril 2019 dans cette forêt.  Il a apprécié le travail qui se fait et exhorté toute la population à continuer par préserver, ce joyeux qui a résisté aux époques.  
Le soutien du Projet de Gestion Intégrée des Catastrophes et des Terres (PGICT)  sur financement de la Banque Mondiale en 2015 a permis au comité de gestion de revaloriser la forêt sacrée de Tchavadè et de construire un musée des vestiges de ce village.
Visitez Tchavadè pour découvrir sa  forêt sacrée, l’ancien lieu de préparation des flèches de guerre, le caveau des martyres à la résistance coloniale,  le Baobab bienfaiteur, le musée du village etc.

 

Top