Aller au contenu principal

Les journées mondiales des zones humides et de la biodiversité célébrées en différé à Nangbéto

Publié le : 09 aoû 2019
Les journées mondiales des zones humides et de la biodiversité célébrées en différé à Nangbéto

Les journées mondiales des zones humides et de la biodiversité marquées par des actions de reboisement et de sensibilisation.

C’est à Nangbéto, une localité située à environ 200 km au Nord-Est de Lomé que le Togo et ses partenaires ont choisi pour célébrer en différé, ce 08 août 2019, les journées mondiales de la biodiversité, des zones humides, des traités et accords connexes. Ce choix n’est pas fortuit, il illustre bien la mise en œuvre d’une zone humide de référence, qui est le barrage hydroélectrique de Nangbéto. L’apothéose de cette célébration s’est déroulée dans la cité de Nangbéto et présidée par le ministre de l’Environnement, du Développement Durable et de la Protection de la Nature, David Wonou Oladokoun. Il était entouré pour la circonstance du DG de la CEB, M. Karimou Chabi Sika et des préfets de l’Ogou et d’Anié.
La place des fêtes de la cité de Nangbéto était devenue trop exigüe pour contenir les jeunes venus des villages riverains de Nangbéto, pour appuyer le reboisement du site et aussi écouter l’intérêt de ces importantes journées pour le pays à travers des discours, sketchs et chansons.

Sensibilisation des populations sur l'importance des zones humides


Chaque 2 février et 22 mai, la communauté internationale célèbre respectivement, la journée mondiale des zones humides et celle de la diversité biologique. Une manière pour cette communauté d’inviter les pays à sensibiliser et conscientiser le public sur la gestion rationnelle des écosystèmes en zones humides ou non. Le thème « zone humides et changement climatique » est celui relatif aux zones humides édition 2019. Quant à la seconde célébration, le thème est « notre biodiversité, notre nourriture, notre santé ».
« Le Togo a toujours manifesté sa volonté de contribuer à l’effort mondial de conservation et gestion durable de la biodiversité », a dit le  ministre Oladokoun. Pour lui, cette volonté politique se décline en des actions de terrain comme, c’est le cas de ce vaste reboisement de 8000 plants sur 20 hectares sur le site de Nangbéto. Les essences d’ombrage et à bois-énergie sont plantées et c’est le ministre qui a donné le ton suivi des préfets de l’Ogou et d’Anié.
La communauté Electrique du Benin (CEB) qui a financé entièrement ce reboisement a, par la voix de son directeur général demandé au MEDDPN d’aider son institution à disposer d’un schéma directeur. Sa vision a-t-il dit est de faire de cette zone, un site touristique et écologique du pays.

 

Top