Aller au contenu principal

Le ministre André Johnson invite la population à poursuivre ses efforts de protection de la couche d’Ozone

Publié le : 27 sep 2018
MESSAGE OZONE

Le ministre de l’Environnement et des Ressources forestières, M. André Johnson s’est adressé encore une fois à la population togolaise à la veille de la célébration de la journée internationale de la protection de la couche d’Ozone, célébrée chaque 16 septembre. Cette cérémonie qui a rassemblé les médias publics et privés a eu lieu à son cabinet. L’édition de cette année est placée sous le thème « Gardons la tête froide et poursuivons nos efforts- le Protocole de Montréal ».

Afin de commémorer l’adoption de ce Protocole, la journée du 16 septembre a été instituée par l’Assemblée Générale des Nations Unies depuis 1987. Parlant du thème, ce dernier traduit la nécessité de l’action collective des Parties à la « Convention de Vienne pour la protection de la couche d’ozone » et exhorte toute la population à la protection de cette couche vitale pour la santé humaine et pour l’environnement. Le ministre, dans son message a rappelé l’importance de cette célébration qui permet aux uns et aux autres d’accentuer la sensibilisation pour une prise de conscience des enjeux environnementaux.  

En effet, pour apporter sa modeste contribution dans la sauvegarde de la couche d’ozone, le Togo a signé et ratifié, le 25 février 1991, la Convention de Vienne pour la protection de la couche d’ozone et son Protocole de Montréal, afin de traduire dans les faits, son engagement à protéger la couche d’ozone et réduire les émissions de gaz à effet de serre a relevé le ministre Johnson.

 Le but principal de cette célébration est de permettre au Togo, de porter un regard rétrospectif sur les activités initiées dans le cadre de la protection de la couche d’ozone et des changements climatiques a dit le ministre. C’est aussi l’occasion  de rappeler les résultats atteints et de saisir l’opportunité de sensibiliser le grand public tant sur le rôle de la couche d’ozone que sur le cadre réglementaire qui sous-tend l’utilisation des gaz frigorifiques a-t-il poursuivi.

Après avoir énuméré les conséquences de la destruction de la Couche d’Ozone qui sont entre autres, le réchauffement du climat, les pluies tardives, les inondations, la sécheresse, l’érosion côtière, le ministre a cependant souligné les efforts menés par le pays pour répondre aux obligations du  Protocole de Montréal. Il s’agit de la mise en place depuis 2002, d’un plan de gestion de fluides frigorigènes articulé autour de trois composantes. Il s’agit de la sensibilisation, la formation des techniciens de froid et des agents des douanes, de  l’établissement d’un système de quotas pour réglementer le secteur des importations et de l’instauration d’un mécanisme de surveillance des importations de Substances Appauvrissants la couche d’Ozone (SAO) dans notre pays.

Top