Aller au contenu principal

Les zones Humides célébrées en différé au Togo

Publié le : 16 juil 2018
Zones humides

La communauté internationale sous l’égide des Nations Unies a célébré, le 2 février 2018, la journée mondiale des zones humides. Au Togo cette journée a été commémorée  en différé, le 13 juillet à Atakpamé à environ 160 kilomètres au Nord de Lomé. Cette célébration est à mettre à l’actif du ministère de l’Environnement et des Ressources forestières en collaboration avec le Projet d’Appui à la lutte contre le changement climatique (PALCC) financé par l’Union Européenne. Le but de cet évènement, institué depuis 1975 est de sensibiliser le public à prendre soin des zones humides et de leurs ressources.

Célébrée sous le thème «  les zones humides pour un développement urbain durable », cette journée vise à promouvoir une utilisation rationnelle des zones humides urbaines dans la perspective de leur conservation durable, afin d’appuyer les communautés dans leurs divers efforts d’adaptation aux changements climatiques.

Cette année, les cibles  choisies sont les communautés riveraines du barrage hydro-électrique de Nangbéto et les élèves. Ainsi un accent particulier a été mis sur l’éducation environnementale en milieu scolaire puisque les élèves constituent des passeurs d’idées pour la diffusion et l’appropriation des connaissances sur les zones humides et leurs multiples avantages.

Le point focal, de la convention de Ramsar, le Cdt Agbéti a souligné que les zones humides sont des écosystèmes fragiles, qui servent beaucoup à l’homme sur plusieurs plans, alimentaire économique et logistique. Conscient de ces rôles multiformes, la convention de Ramsar adoptée le 4 juillet 1974, a dans ses dispositions prévue la sous thématique sensibilisation objet de la présente rencontre. Parlant du thème, le Cdt a déploré la situation dans laquelle les zones humides urbaines sont.  Cette action de l’homme qui n’est pas sans conséquence sur cet écosystème doit nous interpeler et nous amener à changer de comportements.

Pour le coordonnateur de PALCC, Dr Afelu Dominic, les zones humides fournissent pas mal de réponses en matière d’adaptation et d’atténuation  aux changements climatiques. Elles permettent de réduire les gaz à effets de serre, de soutenir les ressources halieutiques, l’agriculture durable et de lutter contre les inondations. La résilience des communautés aux changements climatiques passe par la gestion rationnelle des zones humides a-t-il conclu.

En présidant cette manifestation, le secrétaire général du ministère de l’Environnement et des Ressources forestières, M. Sama Boundjouw, a invité la population à créer une dynamique de développement radieux de nos milieux urbains afin de garantir les différents rôles des zones humides.

Trois communications, quelques sketchs et les jeux questions réponses aux élèves ont permis à l’assistance de retenir l’essentiel du message de cette édition 2018.

Au Togo les zones humides inscrites aux sites Ramsar, sont le parc de l’Oti-Kéran, le complexe de Togodo et celui de l’Oti Kéran Mandouri.

JMZH

 

Top