Le nombre des OPJ du MERF s’agrandit



"Mieux gerer les délits forestiers et environnementaux, le MERF renforce les capacités de ses agents"
La seconde vague de formation initiée par le  MERF avec le financement du Projet de Renforcement du Rôle de conservation du Système national d’Aires Protégées du Togo (PRAPT) à l’intention de 22 officiers de police judiciaire (OPJ) a pris fin le 22 juillet à Notsè  à environ 94 km au Nord de Lomé. Durant trois (3) semaines, les participants se sont familiarisés aux modules des procédures judiciaires. Cette session a été clôturée par le Secrétaire Général (SG) en présence du représentant du directeur général de la gendarmerie, le commandant Bidé Sylvestre.
De 41 le nombre des officiers de police judiciaire du MERF sont passés à 63. Désormais la maitrise de la procédure pénale, du droit pénal général, des méthodes et  techniques  d’enquête ainsi que la méthode d’élaboration des procès-verbaux, permettra aux OPJ de renforcer la surveillance des ressources forestières pour une gestion durable de la biodiversité.
 « Avec cette formation notre titre d’OPJ vient d’être confirmée, même si le code forestier l’avait déjà prévu, présentement on a les outils nécessaires. Avant on se contentait de faire des contraventions et transactions qui étaient payées, sauf les présumés dangereux étaient conduits à la gendarmerie ou à la police.  Avec ces acquis nous sauront comment  traiter les présumés auteurs avec les procureurs, tout en rendant compte à notre hiérarchie » a laissé entendre le Cdt Fata Balouki, l’un des participants.
 Le Cdt Mme ABAMI, qui a également pris part à cette formation a ajouté que les méthodes et techniques apprises lui permettront de mener des investigations dans les normes afin d’établir les procès-verbaux dans les règles de l’art.
Le coordonnateur du projet, Cdt Afoda, Chamssoudine, s’est dit satisfait des résultats obtenus. Ces résultats pour lui, seront profitables également  à l’aire protégée Fazao-Malfakassa qui constitue actuellement la seule grande réserve de la biodiversité du Togo et qui surtout  est la zone d’intervention du projet.
Dans son mot de circonstance, le superviseur, M. Folly Djiwonou, directeur de l’Inspection des Ressources Forestières, la finalité de la formation, c’est d’amener les responsables des délits forestiers à répondre de leurs actes. Le superviseur a profité de la présence du SG et des directeurs pour soulever la nécessité pour les OPJ des eaux et forêts d’avoir une mallette et des fiches de déclaration afin de mener à bien leur travail sur le terrain à l’instar de leurs collègues de la gendarmerie ou de la police.
Clôturant les travaux, le SG a jugé pertinent les deux doléances et a promis rendre compte à qui de droit. Il a exprimé son satisfecit pour la formation puis remercier les partenaires en l’occurrence le PNUD avant de renvoyer les bénéficiaires à leurs missions pour un travail bien fait et collaboratif avec les autres OPJ.
Le projet PRAPT a commencé ses activités en juin 2017, pour atteindre ses objectifs, les études du Plan d’aménagement et de gestion de l’AP Fazao-Malfakassa a commencé avec l’étude socio-économique,  une plate-forme de gestion est déjà mise en place, les activités génératrices de revenu et la stratégie de gestion assortie d’un protocole d’accord sont des activités à réaliser prochainement.